Sélectionner une page

Les bacs à ultrasons constituent une technique de pré-nettoyage utilisable pour le retraitement des DMR en complément du nettoyage manuel ou en LD. Les ultrasons provoquent un phénomène de cavitation qui décolle les souillures de leur support1.

Les ultrasons sont des ondes acoustiques dont la fréquence se situe entre 16 kHz et 10 MHz. La gamme de fréquence des bacs à ultrasons utilisés pour le pré-nettoyage des DMR s’étend entre 35 et 45 kHz (elle doit être inférieure à 50kHz). Il existe différents types de bacs à ultrasons : du plus simple, dénué de thermostat et de régulateur de fréquence, au plus sophistiqué comportant des tubulures d’irrigation (irrigateurs ultrasoniques). Certains équipements permettent même la réalisation d’une phase de désinfection thermique après rinçage. Les bacs à ultrasons ne sont pas toujours des dispositifs médicaux au sens de la directive 93 / 42 CE.

Dans le cadre de la prévention du risque prion, l’usage des bains à ultrasons est interdit après utilisation du DMR chez un patient identifié comme suspect ou atteint de la maladie de Creutfeldt-Jakob2.

Les ultrasons s’appliquent surtout aux DMR présentant une configuration complexe ou des cavités difficilement accessibles :

  • DMR à lumière (alésoirs, trocarts, gaines…)
  • DMR dont la conception ou l’utilisation rendent difficile le nettoyage manuel ou en laveur désinfecteur

Les ultrasons sont inefficaces sur les polymères, qui amortissent le choc des ondes et empêchent la cavitation. Leur emploi est déconseillé pour :

  • les DMR incorporant certaines colles
  • les DMR composés d’aciers ou de métaux différents ainsi que l’instrumentation chromée ou nickelée
  • les optiques du fait d’un risque d’altération des colles et des joints
  • les moteurs du fait d’un risque de détérioration des joints toriques et de pénétration de liquides dans le compartiment actif
  • les autres systèmes actifs tels que les pièces à main de phacoémulsification et certains instruments dynamiques d’odontologie.

Ne pas utiliser de tapis silicone qui amortissent le choc des ondes.

Avant toute utilisation des ultrasons sur un dispositif, l’utilisateur devra rechercher l’absence de contre-indication dans la notice du fabricant3.

Les bacs à ultrasons sont mis en œuvre conformément aux instructions du fabricant et suivent les principes résumés ci-dessous :

  1. La qualité d’eau sera, de préférence adoucie ou déminéralisée pour éviter les dépôts calcaires et les phénomènes d’entartrage.
  2. Le remplissage du bac doit être assuré jusqu’au niveau requis par le fabricant et dans tous les cas de façon suffisante pour assurer l’immersion du dispositif à nettoyer. L’emploi d’un appareil disposant d’un système d’irrigation pour les instruments creux est à évaluer.
  3. L’utilisation d’un détergent favorise l’élimination des souillures.

En présence d’un détergent, l’efficacité du nettoyage est plus importante du fait d’une réduction de la tension de surface des liquides.

  1. Une température de l’eau à 20°C est suffisante du fait de l’augmentation de température générée dans le bain par les ultrasons. Pour un équipement disposant d’un thermostat, la solution peut être chauffée de préférence avec une régulation à 30-35°C et au maximum à 45 °C, pour éviter la coagulation des protéines des souillures biologiques et la dégradation des détergents enzymatiques.
  1. Le renouvellement de la solution s’effectue selon l’étendue de la contamination du bain et a minima une fois par 24h.
  2. Les DMR sont placés dans un panier, largement ouverts et non superposés pour éviter les  « zones d’ombre » et les contacts. Les instruments et dispositifs à retraiter ne doivent jamais être déposés directement sur le fond de cuve.
  3. Une durée minimale de traitement de 15 minutes est recommandée pour une efficacité optimale. Afin d’éviter l’émission d’aérosols et d’atténuer le bruit, il est souhaitable de couvrir le bac pendant son fonctionnement.
  4. Le rinçage et le séchage sont effectués dans les mêmes conditions qu’après un nettoyage manuel.

Il n’existe pas de norme dédiée et donc pas de recommandations pour leur qualification. Toutefois un plan de qualification des bacs à ultrasons  inspiré de celui des laveurs désinfecteurs peut être mis en place.

Documents de référence

  1. Thématiques de l’Association Française de Stérilisation 2014 – Les ultrasons
  2. Instruction N° DGS/RI3/2011/449 du 1er décembre 2011 relative à l’actualisation des recommandations visant à réduire les risques de transmission d’agents transmissibles non conventionnels lors des actes invasifs.
  3. NF EN ISO 17664 : Stérilisation des dispositifs médicaux – Informations devant être fournies par le fabricant pour le processus de re-stérilisation des dispositifs médicaux – Août 2004

Les partenaires de ce guide

Suivez ce lien