Sélectionner une page

Le nettoyage mécanisé des DMR est préféré chaque fois que possible au nettoyage manuel du fait de son caractère reproductible1.  

Il existe différents types d’équipements pour le nettoyage mécanisé :

  • laveurs-désinfecteurs à chambre unique
  • cabine de lavage
  • Tunnel de lavage à chambres multiples
  • automates de lavage des porte-instruments rotatifs (PIR)

Ils associent des actions mécaniques (aspersion ou irrigation), chimiques (détergent) et désinfectantes (chimique ou thermique).

Ces différents types de laveurs-désinfecteurs, à l’exception des automates pour PIR, sont couverts par la famille de norme NF EN ISO 158832. La norme 15883-1 précise que chaque fois que possible, la désinfection thermique est préférée à la désinfection chimique.

Lors du nettoyage mécanisé, les surfaces des instruments sont traitées par aspersion, et les éléments creux par irrigation et aspersion.

Dans les paniers, les accessoires de calage seront préférés aux tapis silicone et aux thermoformés qui constituent des obstacles au flux des liquides.

Le processus de nettoyage automatisé débute par la préparation de la charge :

  • Les DMR sont largement ouverts et/ou démontés afin de permettre le lavage de toutes les surfaces de l’instrument.
  • Les DMR sont placés dans des paniers grillagés ou positionnés sur des supports adaptés à leur configuration. Il existe des supports, (embases ou modules) adaptés aux DMR de coeliochirurgie, d’odontologie, d’anesthésie, de chirurgie robot assistée. On évite toute surcharge et « zones d’ombres » qui empêchent l’exposition à la solution de nettoyage.
  • Les DMR fragiles sont immobilisés de manière à être protégés.
  • Les objets creux sont retournés dans les paniers ou sur les supports pour permettre l’évacuation de l’eau.
  • La position correcte du module est vérifiée lors du chargement du LD.

Le cycle de nettoyage automatique comporte différentes phases, (rinçage préliminaire (facultatif), lavage, rinçage, désinfection et séchage). Différents types de cycles sont définis selon les types de charge à traiter. La vérification du niveau des produits lessiviels et le nettoyage des filtres d’évacuation, font partie de l’entretien quotidien. La qualité d’eau est adaptée à chaque phase du nettoyage et périodiquement contrôlée.

  1. Le rinçage préliminaire (on dit aussi souvent rinçage initial) consiste à mouiller sans produit lessiviel les DMR pour favoriser le décollement des souillures et éliminer les résidus de solutions de prétraitement. L’eau utilisée est l’eau brute du réseau ou de l’eau adoucie, froide afin d’éviter la coagulation des protéines des souillures biologiques.
  2. Le nettoyage consiste à décoller et à éliminer les souillures par aspersion et brassage de la solution de détergent dans de l’eau adoucie chauffée entre 45°C et 70°C selon les recommandations du fabricant du détergent ou de la liste PSP de l’ANSM. Cette phase peut être répétée plusieurs fois (instruments neufs), chacune étant suivie d’un rinçage. Les solutions de nettoyage ne sont pas recyclées.
  1. Le rinçage simple ou multiple a pour objectif l’élimination des résidus organiques et chimiques.
  2. La désinfection thermique est obtenue, lors du rinçage final à l’eau osmosée, à une température spécifiée (comprise entre 65°C et 95°C) pendant une durée minimale spécifiée ou lorsque le A0 spécifié est atteint. Les différents programmes peuvent avoir une valeur A0 différente.
  3. Le séchage est réalisé par circulation d’air chaud filtré (jusqu’à 120°C) dans la chambre de lavage.

L’annexe B de la norme NF EN ISO 15883-12 explique le principe du concept du A0. La valeur minimale de A0 = 600 s, (soit par exemple, 10 min à 80 °C ou 1 min à 90 °C). La norme 15883-2 précise que le « LD doit être équipé d’un cycle avec un A0 d’au moins 3000 s » (soit par exemple 5 minutes à 90°C ou 2 min. et 30 s à 93°C).

Lors du déchargement du laveur-désinfecteur, il est nécessaire de s’assurer que les DMR sont parfaitement secs afin de prévenir tout risque de recontamination. Il est conseillé d’attendre le refroidissement de la charge et de commencer le déchargement par le bas du module.

Une validation des charges des laveurs désinfecteurs doit être mise en place. Elle comprend les vérifications suivantes :

  1. sélection du programme adapté à la charge,
  2. obtention des paramètres pour chaque phase (température et temps, valeur A0, dosage des produits utilisés), conformé­ment aux données obtenues lors de la qualification,
  1. le matériel est tou­jours en position correcte sur le support adapté (cupule renversée, matériel coincé, objet creux déconnectés, etc.),
  2. la siccité de la charge,
  3. la propreté de la charge.

Un dossier de validation de la charge est établi. Si l’ensemble des contrôles est conforme, la charge est validée par la ou les personne(s) habilitée(s) désignée(s) par le responsable de la stérilisation. La validation est attestée par la signature manuelle ou électronique de la personne habilitée selon le système de qualité en place.

La vérification visuelle de la propreté et de la siccité de chaque DMR est effectuée aussi lors de l’étape de recomposition.

La validation des procédés de nettoyage mécanisé se fait selon les principes de la norme NF EN ISO 15883-12 et des parties qui la complètent. Des tests de fonctionnalité des LD (tests de souillure) et des tests de dosage des protéines résiduelles peuvent être utilisés, en routine, à périodicité définie.

En pratique les laveurs désinfecteurs qui ne servent pas au traitement des DMR, par exemple, les cabines de lavage pour chariot, armoire et bac, sabots ne sont pas qualifiés selon les critères de la norme NF EN ISO 15 883-1.

Les laveurs-désinfecteurs font l’objet de maintenances régulières.

Documents de référence

  1. Bonnes pratiques de pharmacie hospitalière – ligne directrice particulière N°1 – Chapitre 9.2. Nettoyage
  2. NF EN ISO 15883 « Laveurs-désinfecteurs » Partie 1 : Exigences générales, définitions et essais – Partie 2 : Exigences et essais pour les laveurs-désinfecteurs utilisant la désinfection thermique pour les instruments chirurgicaux, les équipements d’anesthésie, les articles de faïence, les ustensiles, la verrerie, etc. Partie 3 : Exigences et essais pour les laveurs désinfecteurs de récipients à déjections humaines.

Les partenaires de ce guide

Suivez ce lien